Actualités

Liévin, quand le charbon fait germer la culture



À l’ouest du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, l’ancienne cité minière de Liévin a traversé plusieurs décennies difficiles après la fermeture des derniers puits de charbon en 1974. Mais depuis l’installation du Louvre-Lens en 2012, suivie par la création du centre de conservation du musée à Liévin, la ville a entamé une profonde mutation économique, sociale et paysagère. Maire depuis 2014, Laurent Duporge, nous a raconté comment son territoire se réinventait plus vert, plus culturel et définitivement plus attractif.

Comment une ville comme Liévin, qui s’est entièrement construite autour de l’extraction de la houille, a-t-elle pu réussir sa reconversion ?  

 La fin du charbon a effectivement été une catastrophe pour notre territoire, qui n’avait toujours connu qu’une mono-industrie et qui a perdu en quelques années près de 220 000 emplois. La transition a été difficile, jusqu’à ce que le plus beau musée du monde vienne s’installer à Lens, notre voisine, dans la communauté d’agglomération Lens-Liévin. Je suis d’ailleurs persuadé que la décision de Jacques Chirac, qui était président à l’époque, a été influencée par son souvenir des 42 cercueils de mineurs lors des obsèques des victimes de l’effroyable coup de grisou de 1974. Il y a 5 ans, le Louvre Lens est devenu un véritable pôle territorial de développement culturel avec l’inauguration à Liévin d’un superbe bâtiment conçu par le cabinet d’architectes britannique Rogers Stirk Harbour + Partners, qui abrite les réserves du musée, jusque-là stockées dans des zones inondables. Ce centre de conservation fait venir à Liévin des chercheurs et des universitaires dans le cadre de consultation d’œuvres, mais aussi de programmes de recherche ou de parcours de formation. En 10 ans, Liévin a pu se métamorphoser, en valorisant son histoire minière, son patrimoine et ses lieux mémoriels de la seconde guerre mondiale, tout en offrant une belle qualité de vie à ses habitants et en attirant de nouvelles entreprises.

Comment développez-vous l’attractivité de votre ville, tant du point de vue économique que touristique ?

 Nous avons énormément d’atouts pour faire venir les entreprises et les visiteurs : une histoire glorieuse, douloureuse mais riche, un sens de la fête, de l’accueil et de la solidarité et bien sûr une situation géographique à la croisée de l’Europe, qui attire les grandes plateformes. Grâce au soutien des banques, dont Arkea Banque Entreprises & Institutionnels, nous menons à bien de nombreux projets pour changer durablement notre image et notre cadre de vie. Les anciennes friches du bassin minier se transforment en lieux de détente, de loisirs et de promenade, comme le Val de Suchet, où des sentiers de randonnée et de VTT sont aménagés. La ville est végétalisée, des voies douces pour les piétons et les cyclistes sont créées, les bâtiments publics sont isolés et solarisés pour réussir notre transition écologique. Le tourisme vert se développe, mais aussi le tourisme de mémoire autour de nombreux sites, dont le mémorial national du Canada de Vimy, qui rend hommage aux 66 000 soldats canadiens morts en France pendant la seconde guerre mondiale. Les deux chevalements de puits de charbon qui témoignent encore de notre ancienne activité minière seront aussi bientôt rénovés et illuminés, et nous aimerions faire de la fête de la Sainte Barbe, patronne des mineurs, un festival des arts et du feu aussi connu que la Fête des Lumières de Lyon. Nous voulons prolonger les séjours des visiteurs qui viennent au Louvre Lens, au meeting d’athlétisme de Liévin, de réputation internationale ou dans notre centre d’excellence sportif, et les convaincre de rester découvrir les atouts de notre communauté d’agglomération.

La ville attire-t-elle également de nouveaux habitants ?

 Bien sûr, et ce renouveau ne peut se faire qu’avec un renouvellement et une diversification de la population. Alors que la métropole lilloise est de plus en plus saturée, Liévin offre un cadre de vie agréable, aéré, à seulement moins d’une heure en transports en commun, avec des liaisons ferroviaires à fréquence régulière. Nos industries se sont diversifiées et nous développons des « clusters » destinées aux entreprises innovantes. La formation est également au cœur de nos priorités, avec l’inauguration cette année de Vivalley, un campus à l’américaine de 110 hectares dédié au sport, à la santé et au bien-être qui sera aussi un incubateur de projets pour les entreprises. Nous avons tous les atouts pour ré-enchanter notre territoire et créer un avenir le plus beau possible à Liévin !

 

Découvrir également

Lire l'article

Isabelle Ravail nouvelle Directrice territoriale entreprises Aquitaine et Grand Ouest

Lire l'article

Laurent Coulamie nouveau Directeur du centre d’affaires entreprises de Toulouse